HEC Liège en Belgique

Les démarches pour le Visa ont été très longues. Le consulat de Belgique à Montréal demande beaucoup de documents et de certificats (ex:médicaux). Le montant à débourser pour ce Visa est aussi élevé, peut-être même plus que pour les autres destinations (voir sur des blogs/forums la raison). Les démarches ont pris environ 4 mois, donc […]

Les démarches pour le Visa ont été très longues. Le consulat de Belgique à Montréal demande beaucoup de documents et de certificats (ex:médicaux). Le montant à débourser pour ce Visa est aussi élevé, peut-être même plus que pour les autres destinations (voir sur des blogs/forums la raison). Les démarches ont pris environ 4 mois, donc il faut s’y prendre d’avance, car les procédures sont longues.

Pour trouver un logement, je suis allée sur le site Web d’HEC Liège. Il y avait des suggestions pour les étudiants étrangers. Pour ma part, j’ai eu une mauvaise expérience avec les propriétaires, donc je ne développerai pas sur ce sujet. Pour info, je payais 500 EUR (environ 730 CAD) par mois. En discutant avec mes nouveaux amis, je me suis rendue compte que le montant que je payais était très élevé comparativement à eux. Habituellement, ils s’en sortaient pour 300-350 EUR par mois, donc faites vos recherches et ne réservez pas le premier logement trouvé sur internet (ce que j’ai fait, car j’avais eu un coup de coeur). Certains ont pris un Airbnb pour 2-3 semaines à leur arrivée, puis ils ont visité des logements par la suite, c’est ce que je ferais si j’avais à le refaire. Très probable que les propriétaires demandent une caution équivalent à un mois au cas où il y aurait des bris.

Pour le voyagement, j’ai atteri à Paris à CDG, pour ensuite prendre 2 trains pour ma rendre à la gare de Liège. Le voyagement s’est très bien fait, je demandais des indications, petit conseil: ne voyagez pas avec trop de valises/sacs, c’est inutile. J’aurais pu partir avec une valise et un sac, ça l’auraît été suffisant. Pour les valises à payer en supplément pour l’avion, ne payez pas ce supplément pour les valises pour le billet de retour. ATTENDEZ à la fin de votre voyage pour les payer. Je n’ai pas pu me les faire rembourser par la compagnie aérienne (COVID), donc j’ai perdu 150 CAD. Ajouter le supplément quelques jours avant votre retour.

Mon arrivée en Belgique s’est bien déroulée. Mes propriétaires sont venus me chercher à la gare. Je vous conseille d’arriver une semaine à l’avance au minimum, j’ai dû me dépécher pour tout faire en 48h, il y a des délais, donc ce n’était pas l’idéal. J’ai été supporté par Muriel qui s’occupait des étudiants étrangers à HEC Liège. Elle m’a guidée et m’a reçue dans son bureau au minimum 5-6 fois pour m’orienter et me guider. Le personnel était disponible pour nous aider, autant pour l’ULiège et HEC Liège (HEC est une faculté de l’ULiège). J’ai dû remplir plein de documents pour « aviser » la Belgique comme quoi j’étais arrivée en Belgique et qu’ils devaient vérifier mon adresse. Je devais demander une carte de citoyenneté et qu’un policier vienne chez moi vérifier que mon adresse était réelle. Ouverture de compte de banque, ouverture de compte téléphonie mobile… Des démarches qui ont pris plus d’un mois. Le point négatif de mon échange est clairement les démarches administratives longues et interminables. Considérant que je suis revenue au Québec après seulement 6 semaines à cause du COVID, je n’avais même pas terminer les procédures que je devais tout fermer mes comptes et annuler mes demandes de citoyenneté. Il me restait une étape pour être « finalement établie ».

Sur place, le tout s’est généralement bien déroulé. Je ne cacherai pas que la température grisâtre et/ou de pluie à TOUS LES JOURS ont affecté mon humeur. Mes 6 semaines correspondaient à leur « hiver », le beau temps allait arriver en avril. Bref, mon parapluie était plus important quand je sortais de la maison pour l’école que mes crayons. Les cours semblaient plus faciles qu’ici à HEC Montréal, pratiquement aucun travaux pendant la session, seulement l’examen final qui valait pour 100% dans la note. Conséquemment, j’avais un manque de motivation pour « étudier » et « pratiquer » à  la maison sachant qu’il n’y avait pas de retour en classe. La méthode d’enseignement est différent, il faut s’habituer. Ce n’est pas « mauvais », mais beaucoup moins d’outils m’ont été fournis comparativement ici à Montréal. J’ai dû terminer mes cours à distance à cause du COVID. Les professeurs ont rendu disponible des podcasts, c’est tout. Les profs ne sont pas là pour répondre à nos questions, c’est leur assistant. La relation prof-étudiant n’est clairement pas la même qu’ici. Les gens là-bas sont « froids ». Les gens me trouvaient « trop ouverte et chaleureuse », ils ne sont pas habitués à cela.

Lorsque je n’étais pas en classe, je passais  du temps avec mes nouveaux amis. J’étais entourée de d’autres étudiants étrangers, c’était super. Les activités, les voyages lors des weekends ou les soirées, rien à dire, c’était très agréable. Je me suis bien intégrée, nous étions tous dans la même situation: on connaissait personne donc tout le monde était ouvert à rencontrer. Certains voyages ont été organisés par un comité à HEC Liège, je suis allée à celui de Strasbourg. Très bien organisé et en même temps nous étions libres sur place, on avait des indications « revenez ici dans 3 heures ».

Pour finir, j’aimerais mentionner que la ville de Liège est dangereuse. Le but n’est pas de faire peur aux futurs étudiants, mais de les sensibiliser. Dès ma première journée, on m’a répété plus d’une fois de ne jamais me promener seule le soir lorsqu’il fait noir. Particulièrement lorsqu’on est une fille. Une de mes colocs s’est faite « attaquer » pour un pickpocket aux petites heures du matin, heureusement ses amis étaient proche et lui sont venus en aide. Dans le Carré (l’endroit des bars), quelqu’un s’est fait poignardé, mon amie s’est fait volé son cellulaire, un autre s’est fait cassé la machoire à cause d’un coup de poing. Je n’étais pas présente à ces incidents, mais j’en ai entendue parler. Bref, ne jamais se retrouver seul le soir lorsqu’il fait noir, soyez à la maison ou avec des amis. Il m’est rien arrivée car j’étais prudente, c’est la chose à faire.

Mon feedback sur mon expérience semble très négative à la première lecture, mais je suis certaine qu’à partir d’avril les choses auraient été différentes. Le beau temps et les démarches d’immigration terminées, j’aurais enfin pu profiter de mon échange. Mes nouveaux amis qui étaient là depuis septembre 2019 ont vécu la plus belle expérience à vie, j’ai juste été mal chanceuse avec le peu de choses que j’ai eu le temps de faire sur place dû au Covid. N’hésitez pas à me contacter via Facebook ou courriel si vous avez des questions.

Laurakim Bonenfant

laurakim.bonenfant@hec.ca

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes