Voyage de rêve à Bali (2/4)

Aujourd’hui, tu as réservé un forfait avec le même chauffeur. Hier, tu as fait beaucoup d’activités dans le sud de Bali. Aujourd’hui, tu te déplaceras beaucoup plus au nord. Cette fois, pour 50 USD, tu auras droit à 10 km de rafting sur la rivière Ayung, au «Kintamani Volcano», à une « Rice Terrace » et au jardin des […]

Aujourd’hui, tu as réservé un forfait avec le même chauffeur. Hier, tu as fait beaucoup d’activités dans le sud de Bali. Aujourd’hui, tu te déplaceras beaucoup plus au nord. Cette fois, pour 50 USD, tu auras droit à 10 km de rafting sur la rivière Ayung, au «Kintamani Volcano», à une « Rice Terrace » et au jardin des cafés. Il faut comprendre que le tout est à plus de 2 heures de route de ton hôtel, d’où le prix qui semble un peu élevé. S’y rendre en taxi t’aurait coûté cela, et tu aurais eu à payer pour les activités (juste le rafting coûte 30 USD). Cette fois, tu n’as pas peur d’être déçu. Malgré cela, tu seras encore surpris par la qualité de tes activités.

 

Le rafting en eaux vives sur la rivière Ayung

Après environ 1,5 h de route, tu arrives à la rivière Ayung, où tu feras du rafting pour la première fois de ta vie. Tu rencontres rapidement ton guide, Justin, et deux Chypriotes, qui seront tes coéquipiers sur le radeau. Ils sont très gentils et ils ont l’air d’être en bonne forme physique. Ça promet. D’abord, pour te rendre au radeau, tu dois descendre environ 300 marches très escarpées au milieu de la jungle. C’est déjà extrêmement joli. Tu regrettes cependant d’avoir laissé tes « gougounes » en haut. Pieds nus, c’est un peu douloureux. Tu es un homme, tu ne « chiales » pas! Arrivé à la rivière, tu t’émerveilles par toute cette grandeur. La rivière est encadrée par de gigantesques murs de roches recouverts de verdure. Tu te croirais dans un film. King Kong, peut-être, ou George de la Jungle.

 

Après t’avoir expliqué les règles de sécurité, comment nager en cas de chute et les différents commandements pour pagayer, le guide vous avertis que des anacondas et des crocodiles peuplent la rivière. Il a l’air sérieux… tu n’as soudainement plus envie de courir le risque de tomber. Quelques minutes après avoir quitté le quai, le guide crie et frappe violemment l’eau en criant « CROCODILE! ». Tout le monde panique un peu… et il commence à rire chaudement. Ce sont des blagues. Il n’y a ni crocodiles ni anacondas dans la rivière. Tu comprends qu’il fera des blagues tout au long du trajet. Effectivement, à maintes reprises, il fait exprès de percuter des rochers pour faire tomber tout l’équipage et trouve cela bien drôle. Toi aussi. Tu t’amuses.

 

Le trajet en radeau est tout simplement incroyable. La nature t’a toujours impressionné, mais là, c’est particulièrement grandiose. C’est flamboyant, c’est luxuriant. Surtout, c’est intouché par l’homme. À un moment donné, les murs de roches qui encadrent la rivière se transforment en de gigantesques fresques gravées en relief dans la pierre. Tu te demandes depuis combien de temps c’est là. Tu arrêtes pour prendre quelques photos.

 

 

Tu continues ensuite ton trajet jusqu’à une chute d’eau impressionnante. La pression est si forte que l’eau ne coule pas sur la roche. Elle tombe plutôt en chute libre à partir du sommet. Quand tu vas prendre une « douche » sous la chute, tu réalises à quel point celle-ci est forte. Ça fait mal, mais tu en ris. Tu es heureux d’avoir un casque.

Plus loin dans le trajet de 10 km, tu arrêtes à un point de ravitaillement, où les Chypriotes vous offrent une bière à ton ami et toi. Tu as aussi l’occasion de te « garrocher » à l’eau du haut d’un point à environ deux mètres d’altitude. Ce n’est pas haut, mais avec ce genre de courant à haut débit, tu dérives assez rapidement. Tu mets tes maigres talents de nageur à l’épreuve!

 

À quelques endroits, aussi, le guide te laisse sauter hors du radeau pour nager. Tu dois évidemment nager les pieds devant pour éviter de te cogner la tête sur des roches dissimulées par les rapides. À un moment donné, les rapides deviennent si intenses que tu as un peu peur. Tu as de l’eau plein le visage pendant de longues secondes et tu ne sais plus où tu t’en vas, ni comment nager. Ça finit à temps et tu peux respirer. Le guide, qui te surveillait, rit un bon coup lorsque tu remontes à la surface et te félicite. Tu rembarques dans le bateau, content d’être en vie.

Finalement, après quelques autres arrêts pour prendre des photos, tu complètes ton trajet de 10 km fier de toi et absolument abasourdi par ce que tu viens de vivre. Après avoir gravi environ 300 marches pour retourner à la civilisation, tu as droit à un buffet à volonté pour te revitaliser. Cette activité entre, comme le coucher de soleil à Ulu Watu, dans la catégorie des « must » absolus pour quiconque visiterait Bali. En outre, le tout n’est pas extrême, surtout si tu décides de ne pas nager dans les rapides. Il n’y a pas vraiment de risque de tomber du radeau ou de te faire mal si tu suis les conseils du guide.

Le volcan Kintamani

Après plus d’une heure de route, tu t’arrêtes au bord du chemin pour admirer de loin le volcan Kintamani et le mont Batur. Les deux montagnes et le paysages sont magnifiques. Tu sais que tu as l’intention de grimper le mont Batur deux jours plus tard et tu as déjà hâte. Ce sera tout un défi!

Le « Coffee Garden » et le « Kopi Luwak »

Un peu plus loin sur la route, tu arrêtes dans un endroit où l’on produit le café le plus cher du monde, le « Kopi Luwak ». Pour donner une idée à tes lecteurs, ce café se vend sur place à 25 USD pour 60 grammes. Voici la définition du café « Kopi Luwak » :

Le Kopi Luwak est un café récolté dans les excréments d’une civette asiatique, le luwak (Paradoxurus hermaphroditus) de la famille des viverridés, du fait d’une digestion quasi absente. La civette consomme en effet les cerises du caféier, digérant leur pulpe, mais pas leur noyau, qui se retrouve dans ses excréments. Dans le tube digestif du luwak, les sucs gastriques — composés d’enzymes qui divisent les chaînes de protéines en chaînes plus petites ou en acides aminés individuels — font subir une transformation bénéfique aux arômes des grains de café. Il est produit essentiellement dans l’archipel indonésien, à Sumatra, Java, Bali, Sulawesi, aux Philippines et dans le Timor oriental. (Wikipédia)

Tu sais que tes lecteurs doivent trouver le tout « dégueulasse » à l’instant, mais tu dois t’assurer de leur faire comprendre que le tout est très hygiénique : lorsque la civette défèque, les graines de café sont encore bien intactes à l’intérieur de leur enveloppe externe. Les baies sont alors lavées et c’est seulement par la suite que la graine de café est retirée de son enveloppe. Elle est ensuite torréfiée et réduite en poudre avant d’être infusée. Il n’y a pas de dégustation de ce café d’incluse dans le tour. La tasse coûte 5 USD, et tu as l’intention d’en profiter. Avant, tu goûteras à de nombreux autres produits locaux : café balinais, café à la vanille, café au gingembre, thé au gingembre, thé au citron, café au chocolat, chocolat chaud et café au ginseng.

 

Le Kopi Luwak est très doux, un peu similaire à un « Blue Mountain ». Il ne laisse pas de goût amer dans la bouche et glisse bien dans la gorge. Il a un goût un peu caramélisé. Même si tu n’aimes normalement pas les cafés que légèrement torréfiés, tu arrives à déceler beaucoup de qualité dans cette tasse. Tu trouves le Kenya AA  noir meilleur, mais c’est complètement différent. Pour ce qui est d’un café à torréfaction légère, c’est absolument le meilleur café que tu as goûté. On t’explique qu’il peut s’écouler environ un mois avant de pouvoir produire 100 g de ce café, ce qui explique son prix exorbitant! Il paraît que le kilogramme peut valoir plus de 1000 $ aux États-Unis. Tu es un peu déçu du mode d’infusion. On ne fait que verser de l’eau bouillante sur les graines de café et tu dois attendre la sédimentation avant de boire le tout. Une « french press » aurait été de mise.

La Rice Terrace et la Monkey Forest

Il te reste deux attractions à visiter aujourd’hui. Tu vas d’abord te rendre pour admirer un site faisant partie du patrimoine mondial de l’UNESCO : une rizière en terrasse d’une beauté à couper le souffle. Voici une photo pour tes lecteurs :

Finalement, tu te rends à la Monkey Forest, où les singes sont évidemment à l’honneur. Tu n’es plus bien impressionné par ces animaux : il y en a partout. Ces animaux ont ici un temple à eux seuls. Ce dernier est bien gardé par le Dieu des Singes. De plus, le soleil se couche alors que tu es là, les singes vont dormir, et il n’y a plus rien à faire.

Le souper

Tu termines la soirée dans un excellent restaurant indonésien en bordure d’une grande étendue de rizières. Ton repas est excellent, surtout les bananes frites que tu commandes comme dessert pour te gâter.

Conclusion

Bref, ce fut une journée extrêmement remplie. Tu as fait beaucoup de route aussi. Le nord de Bali (Kintamani et compagnie) est à environ 3 heures d’automobile de ton hôtel. Néanmoins, ce fut encore une fois une excellente journée et tu recommandes à tout le monde de faire au moins le rafting. Le reste est optionnel, mais la « Rice Terrace » mérite d’être vue, et le « Coffee Garden » est un lieu d’intérêt pour les amateurs de café. C’est ce soir que tes amis en échange à Hong Kong atterrissent à Bali. Tu passeras la journée à la plage avec eux demain. Tu as bien hâte de les voir!!! Un prochain billet, plus court, aura pour objet cette troisième journée.

Tu invites tes lecteurs à aller voir toutes tes photos sur Flickr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes