Un voyage de rêve à Bali (4/4)

Il est 1 h 15 du matin lorsque ton cadran te réveille. La nuit a été courte et ce n’est pas facile de te lever l’heure à laquelle tu es relativement habitué de te coucher. Ce n’est pas grave, tu te donnes un coup de pied au derrière et t’assures que tu as tout ce […]

Il est 1 h 15 du matin lorsque ton cadran te réveille. La nuit a été courte et ce n’est pas facile de te lever l’heure à laquelle tu es relativement habitué de te coucher. Ce n’est pas grave, tu te donnes un coup de pied au derrière et t’assures que tu as tout ce qu’il faut pour aller grimper le mont Batur. Trousse de premiers soins, souliers de montagne, veste (il fera froid en haut), lampe de poche (tu montes pour voir le lever du soleil; il fera noir le temps de la montée), etc. Le chauffeur arrive comme prévu à 2 h du matin et vous montez. C’est le début d’une longue, mais incroyable journée…

 

La route

À ton grand désarroi, il n’y a pas que le chauffeur. La compagnie a envoyé deux personnes pour vous accompagner. Cela fait en sorte que toi et tes quatre amis serez bien entassés à l’arrière de la camionnette, et ce, pendant les 2,5 heures qui séparent ton hôtel de la base du mont Batur. Vous arrêtez au McDonald’s pour prendre le petit-déjeuner. Ce n’est pas santé, mais rien d’autre n’est ouvert. Ensuite, vous tentez tant bien que mal de dormir dans le véhicule, mais vous êtes vraiment collés comme des sardines. À environ 4 h 15 du matin, vous arrivez à la base du volcan. Vous payez chacun 60 USD et l’on vous assigne deux guides puis l’on vous fournit des bouteilles d’eau et des lampes de poche. À 4 h 30, vous commencez l’ascension. Le mont fait 1 700 mètres de haut, et le soleil se lève vers 6 h. C’est une véritable course contre la montre.

L’ascension

Ce n’est pas n’importe qui qui peut se permettre de monter cette montagne, surtout dans la noirceur la plus totale. Le niveau de difficulté est assez élevé. Les montées sont parfois très escarpées et tu dois souvent t’aider de tes mains pour grimper. Parfois, même, tu mets la lampe dans ta bouche pour arriver à passer certaines parois. Ton énergie se vide rapidement et la montée est de plus en plus laborieuse. Cependant, plus tu approches du sommet, plus l’excitation prend le dessus sur la fatigue. Tu as simplement hâte de pouvoir relaxer au sommet en regardant le soleil se lever. À un certain moment, la pierre est substituée par du sable. Monter dans du sable n’est pas une mince affaire. À chaque pas, tu recules un peu. Disons que ta mère n’aurait pas aimé t’entendre blasphémer autant. Tout le monde est dans le même bateau. Tout le monde s’encourage et, finalement, tout le monde arrive au sommet.

Quand tu y parviens, tu es très fier de toi et de tes amis. Tu te sens comme si tu avais accompli quelque chose avec eux. On te sert un café absolument atroce, mais tu le dégustes avec passion, car 1) il fait froid – tu es trempé de sueur et ta veste ne suffit pas à te garder au chaud – et 2) tu es déjà debout depuis cinq heures et il n’est que 6 h. Une petite dose de caféine s’impose.

Le lever du soleil et un déjeuner volcanique

Tu laisses le loisir à tes lecteurs de s’imaginer la beauté d’un lever de soleil admiré depuis un volcan haut de plus de 1,7 km. C’est à couper le souffle.

Une fois le soleil levé, ton guide te montre comment il fait cuire des œufs et des bananes en utilisant la vapeur qui émane de certains trous dans la roche. Tu es effectivement sur un volcan semi-actif. Tu dégustes, ou plutôt dévores, tout ce qui te passe sous les yeux. Tu as définitivement besoin d’énergie. C’est bien beau monter la montagne, mais il faudra maintenant la redescendre. Tu sais qu’il te reste environ quatre heures de randonnée avant de pouvoir retrouver un terrain plat. La vue que tu as lors de la descente est absolument indescriptible. Tu prends des dizaines et des dizaines de photos, car tu sais que tu ne seras jamais en mesure de te rappeler toute la grandeur de ce que tu as l’opportunité de voir.

À certains moments, le chemin sur lequel tu dois marcher devient tellement accidenté et étroit, et les parois qui t’entourent deviennent tellement escarpées que tu as un peu peur de perdre l’équilibre et de tomber. Une chance que tu n’as pas le vertige!Une certaine partie de la descente est constituée d’une grande pente très sablonneuse.  Tout en riant, tu la descends au pas de course et en slalom, comme si tu skiais. Vers 10 h, tu retrouves le chauffeur au bas de la montagne.

 

 

Tu veux être très clair sur un point: toutes personnes ayant une forme physique suffisante pour fournir les efforts nécessaires pour escalader le mont Batur doivent absolument le faire. C’est le « must » nec plus ultra de ton voyage à Bali, pour la vue et le lever du soleil, mais aussi pour le sentiment d’accomplissement qui t’a envahi lorsque tu as atteint le sommet.

Natural Hotspring – un spa volcanique

Le chauffeur vous conduit ensuite tes amis et toi dans un endroit appelé Natural Hotspring. Le principe est simple: utiliser l’eau naturellement réchauffée par le volcan et bâtir de superbes piscines (avec différentes températures d’eau) en bordure du lac Batur. Le paysage est enchanteur, et tu es plus qu’heureux de pouvoir te relaxer dans de l’eau chaude après ce dur début de journée. Tu manges ton dîner vers 10 h 45… Tu es évidemment tout déréglé, mais ça a valu la peine!!! Vers 12 h, vous quittez les lieux pour prendre la route en direction du temple Tanah Lot. Paraîtrait-il que c’est un superbe endroit.

Tanah Lot, une déception

Tanah Lot en soit est un très beau temple. Juché sur un rocher, il est certainement inaccessible lors de la marée haute. La marée était basse lorsque tu t’y es rendu. Cependant, il y a plusieurs milliers de personnes sur les lieux qui, comme toi, sont venus pour assister au coucher du soleil. C’est un peu dommage, ça gâche le cachet des lieux. Pourtant, c’est grandiose. Avec les vagues qui se brisent sur les parois du rocher du temple, la scène semble un peu irréelle. Le coucher de soleil est effectivement très joli. Toutefois, la fatigue et la surpopulation des lieux rendent le tout un peu superficiel et tu as l’impression de perdre ton temps. Bref, tu n’es pas aussi émerveillé que tu aurais pensé l’être, surtout pas après avoir vu une scène semblable à Ulu Watu. Tu ne places donc pas ce temple dans tes « musts » à Bali.

 

Conclusion sur la journée et le voyage

Cette journée fut tout à fait marquante pour toi. Ton expérience au mont Batur a été totalement merveileuse, bien qu’épuisante, et le Natural Hotspring t’a permis de bien relaxer. Ce sont deux activités à ne pas manquer, qui sont près l’une de l’autre, et qui vont très bien ensemble. Pour ce qui est de Tanah Lot, c’est optionnel.

Voici maintenant la liste en ordre de priorité de ce qu’un voyageur doit faire à Bali:

  1. Monter le mont Batur pour le lever du soleil et relaxer dans le Natural Hotspring
  2. Assister au coucher du soleil à Ulu Watu
  3. Faire du rafting dans la rivière Ayung
  4. Profiter d’au moins une journée à la plage (éviter Balangan et Padang-Padang)
  5. Manger du Babi Guling
  6. Obtenir des soins thérapeutiques vraiment pas cher

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, et elle exclut faire du surf, car tu n’en as pas fait par manque de temps.

Terima Khasi (Merci en indonésien)

Sur ce, chers lecteurs, au prochain billet,

Bien sincèrement,

Jasmyn Beausejour

2 commentaires

  1. Jasmyn Beausejour

    C’était effectivement exceptionnel!

  2. Léopold Bélanger

    QUEL VOYAGE, ENRICHISANT, SANSASS ET J’EN OUBLI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes