Ta première escapade : Kuala Lumpur

Et voilà, ta première semaine de cours est terminée, ce sera un long week-end en raison du congé national de lundi, la table est mise pour une petite aventure à l’extérieur de Singapour. Avec quelques amis, c’est la Malaisie, plus précisément Kuala Lumpur, qui est choisie. Un certain soir, vers deux heures du matin, tu […]

Et voilà, ta première semaine de cours est terminée, ce sera un long week-end en raison du congé national de lundi, la table est mise pour une petite aventure à l’extérieur de Singapour. Avec quelques amis, c’est la Malaisie, plus précisément Kuala Lumpur, qui est choisie.

Un certain soir, vers deux heures du matin, tu réserves tes billets d’autobus et ton auberge. Tu payeras seulement 12 SGD par nuit! Tu te demandes de quoi cela aura l’air, mais pour ce prix, tu ne t’attends à rien…

Le voyage en autobus…

Le matin de ton départ, tu te rends au terminus d’autobus pour récupérer tes billets. Tu es une heure à l’avance. À ta grande surprise, on t’offre une place dans un autobus qui part immédiatement. Évidemment, tu acceptes : pas le temps de niaiser (il fallait bien que tu utilises cette expression une fois dans ton blogue!). Tu es très heureux de voir qu’on t’a assigné les deux sièges de la première rangée. Ils sont hyper confortables (beaucoup plus que dans l’avion avec Qatar Airways). Ils te font même un massage si tu appuies sur un bouton. Pour 30 SGD, tu es absolument surpris par le luxe auquel tu as droit. Tout au long des 5 h 30 de trajet, tu lis, tu écoutes un bon film et tu discutes avec l’ami qui t’accompagne.

Traverser une frontière n’a jamais été aussi facile! Pour quitter Singapour, tu n’as qu’à montrer ta « Student’s Pass ». Pour entrer en Malaisie, pas de question. On estampille ton passeport et on te laisse aller. Les douanes ne sont pas plus compliquées. Tu arrives finalement à Kuala Lumpur vers 16 h. Après un très bon repas chez Nandoo’s, tu cherches un taxi pour te rendre à l’auberge. Parlant de taxi…

Une bande d’escrocs…

D’abord, il faut savoir que sur la porte arrière de chaque taxi, il est indiqué que le « meter » doit absolument être activé dans le taxi, pas question de négocier un prix. La réalité est tout autrement.

Lorsqu’un blanc demande à un chauffeur de taxi s’il peut l’amener à un endroit X, le chauffeur lui donne immédiatement un prix, beaucoup, beaucoup trop élevé. Lorsque l’on demande l’utilisation du « meter », on se fait refuser à tous les coups. De plus, il semble impossible de négocier le prix. Il faut alors dire au chauffeur de s’en aller et tenter d’en trouver un qui te chargera un prix moins élevé ou qui, si tu as beaucoup de chance, voudra bien utiliser le « meter ». Voici deux citations qui, tu penses, feront comprendre à tes lecteurs l’esprit dans lequel travaillent les chauffeurs de taxi à Kuala Lumpur.

« I can turn the meter on, but if I do, I will take you all around the city before taking you where you want to go. »

« If you want the meter, you can walk and try to find another cab. Good luck. »

« I’ll put the meter if you give me an extra 5 ringgits. »

Évidemment, tu finis par prendre un taxi, et tu payes presque toujours beaucoup plus cher que si le « meter » avait été utilisé.

Les tours Petronas…

Comme elles sont majestueuses! Du haut de leurs 88 étages, elle surplombe la ville comme un véritable bijou de l’économie malaise. Elles sont les tours jumelles les plus hautes au monde et tu es complètement abasourdi. Attention toutefois à ceux qui voudraient y monter, il faudra débourser environ 80 RM, l’équivalent de 32 SGD. Il est aussi possible d’aller faire la file très tôt le matin, vers 3 h, pour obtenir un des 100 billets gratuits qui sont donnés chaque jour. Tu penses cependant que cela ne vaut pas la peine, car la beauté réside dans les tours. Si tu y montes, tu ne les verras plus!

 

Tu t’étais fait proposer de monter dans la tour de télévision, qui a un peu la forme de la tour du CN, pour mieux observer les Petronas. Un de tes amis a payé 50 RM pour y monter et a été très déçu. Tu ne recommandes donc pas d’y aller.

Note : 7/10

Les « Batu Caves »…

Tout simplement magnifiques, ces cavernes sont le plus grand site de culte hindou à l’extérieur de l’Inde. D’abord, la plus grande statue dorée du monde monte la garde tout près d’un escalier composé d’environ 300 marches qui t’amènera aux cavernes proprement dites. Dans les escaliers, comme un peu partout ailleurs, des dizaines de singes en liberté te regardent, l’air un peu blasé. Avis aux intéressés : ces petites bêtes poilues peuvent s’avérer être kleptomanes. Vous devrez donc faire attention à ne pas vous faire voler votre nourriture, ou même votre caméra!

Tu ne trouves pas les mots pour décrire à quel point les cavernes sont grandioses. C’est absolument incroyable ce que la nature peut faire. Par chance, tu as pris un vidéo :

Il y a une autre partie des cavernes qui est accessible moyennant un coût d’entrée. Cependant, selon les commentaires que tu entendais, il ne valait pas la peine de payer pour y aller. Tu recommandes donc à tes lecteurs de simplement visiter la partie gratuite des cavernes. La visite en entier devrait durer approximativement 1 h 30.

Note : 9/10

Le parc d’oiseaux…

Tes lecteurs ne le savent peut-être pas, mais tu es un amateur d’oiseaux exotiques. Tu t’ennuies d’ailleurs un peu de ton « Béko » à la maison, même s’il a l’habitude de te pourrir l’existence avec ses cris incessants. Tu sais qu’il ne le fait pas exprès, et tu l’aimes quand même! Bref.

Le « Bird Park » est le plus gros au monde dans sa catégorie, c’est-à-dire un immense territoire recouvert d’un filet où il est possible de se déplacer librement. Les paons et autres oiseaux exotiques volent et marchent tout près de toi. Évidemment, les oiseaux un peu plus rares sont protégés par d’autres cages, mais l’expérience d’être près d’autant de bêtes volantes est assez exceptionnelle. Il y a aussi un spectacle d’oiseau, que tu trouves un peu décevant. Au moins, il était inclus dans le prix du billet, ce qui te fait croire que ces 48 RM furent bien investis. Tu recommandes à tes lecteurs amateurs de bêtes plumées d’aller y faire un tour.

Note : 8/10

Kuala Lumpur en général

Alors toi qui pensais te payer des petites vacances pas trop chères, tu trouves que tu as dépensé pas mal en considérant tes standards de vie à Singapour. Néanmoins, tu as beaucoup mieux mangé qu’à la « Food Court » de UTown. Effectivement, tu crois que tu as mieux mangé en Malaisie que n’importe où à Singapour. C’est sûrement relié au fait qu’à Kuala Lumpur tu visitais des restaurants plutôt que des « Food Courts ». Petit aparté : en revenant de Kuala Lumpur, tu es arrêté dans un véritable restaurant à Singapour, et là  la bouffe était aussi bonne qu’en Malaisie. Il s’agit alors de vraiment choisir où l’on mange. Tout est bon, mais si l’on recherche l’excellence, il faut savoir choisir.

Tu as trouvé les Malais pas très accueillants. Ils te regardaient toujours d’un air dédaigneux, et tu te demandes pourquoi. Tu ne trouves pas de réponse. Tu as pourtant visité d’autres pays dans ta vie, comme le Mali, où tu étais encore plus une minorité visible, et tu ne t’es jamais fait regarder de la sorte. Bref, conseil à tous les voyageurs, laissez votre iPhone, iPod, iPad, etc., chez vous. Sortez avec le moins de signes de richesse possible. Kuala Lumpur est sécuritaire, mais il vaut mieux prévenir que guérir.

La ville est totalement incomparable à Singapour en terme de propreté. Il y a une odeur de putréfaction qui est assez présente dans certains coins de la ville. Aussi, les déchets sur le sol sont omniprésents. La pauvreté, elle aussi, est beaucoup moins dissimulée qu’à Singapour. Quand tu vois un homme amputé d’une jambe ramper sur le trottoir jusqu’à un bout de sandwich à moitié mangé pour aller se sustenter, tu te sens impuissant et un peu ridicule de toujours te plaindre que tu ne manges pas assez en Asie. Dorénavant, tu apprécieras encore un peu plus ce que tu as…

Ton auberge, le Pujjanga Homestay

Pour 12 SGD la nuit, tu as été absolument satisfait de ton choix d’auberge. Le tout était très propre, la chambre était d’une grandeur acceptable et confortable avec son air climatisée. Les toilettes et douches communes étaient en nombre suffisant et tu n’as jamais eu à attendre. Le service était bon et l’accueil était chaleureux. De plus, tu étais très bien situé! En traversant une petite ruelle, tu arrivais directement sur la rue des pubs et bistros. Étonnamment, tu n’as tout de même pas été dérangé par le bruit! Pour tous ceux qui visiteront Kuala Lumpur, tu recommandes très fortement cette auberge pour son excellent rapport qualité-prix.

Voici son site internet : http://www.pujangga-homestay.com/

Note : 9.5/10

Considérations finales…

En général, tu accordes une note de 7/10 à Kuala Lumpur et tu recommandes à ceux qui en auront l’occasion de visiter la ville. Néanmoins, tu conseilles fortement que Kuala Lumpur soit un arrêt entre votre point de départ et votre destination principale. Effectivement, il n’y a pas assez de choses intéressantes à voir à Kuala Lumpur pour justifier un voyage en partance du Canada. En partance de Singapour, par contre, chers futurs étudiants en échange, c’est un « must ». Pour 80 SGD de transport, cela vaut la peine.

Note globale (pas la moyenne) : 8/10

 

3 commentaires

  1. Marielle chartrand

    Encore wow! Les singes sont vraiment mignons! 😛

  2. Léopold Bélanger

    TU AS L’OCCASION DE PRENDRE CONNAISSANCE DE CE QUI CE FAIT AILLEURS DANS LE MONDE,PROFITE-EN AU MAXIMUM, ET REVIENS-NOUS AVEC CES CONNAISSANCE ,BON SUCCES DANS TES ÉTUDES

  3. Jocelyn

    Wow! Belle première escapade…tu nous donnes le goût de retourner aux études et de partir en échange!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes