Les démarches administratives au Chili

Après quelques semaines dans ce charmant pays, j’ai décidé de vous parler des démarches administratives. Entre démarches d’immigration, inscription aux cours et recherche de logement, rien n’est simple. Tout d’abord, ma quête de logement fût beaucoup plus compliquée que prévu. Arrivant sur place, plus de 15 jours avant le début des cours, j’étais persuadé que […]

Après quelques semaines dans ce charmant pays, j’ai décidé de vous parler des démarches administratives. Entre démarches d’immigration, inscription aux cours et recherche de logement, rien n’est simple.

Tout d’abord, ma quête de logement fût beaucoup plus compliquée que prévu. Arrivant sur place, plus de 15 jours avant le début des cours, j’étais persuadé que tout serait réglé avant la rentrée. Il n’en fût rien. Un détail m’avait tout simplement échappé : en cette période, Vina del Mar est l’une des stations balnéaires les plus prisées d’Amérique du Sud, notamment en raison de son festival de musique. Aucun appartement n’était donc disponible avant le début du mois de mars. J’ai donc vagabondé entre différentes « Hostal » de la ville.  Durant cette période, j’ai  cependant pu apprendre de nombreuses choses sur la façon de fonctionner des chiliens :

–          Ici, impossible d’être sûr de quoique ce soit. Un « oui » ne signifie que peut-être. Par exemple, ma date d’emménagement a été déplacée à 3 reprises, et à chaque reprise j’ai dû retrouver un endroit pour dormir.

–          La ponctualité n’existe pas. En effet, il est commun d’attendre plus d’une heure la personne censée vous faire visiter un appartement. Il est donc préférable d’emporter de quoi se divertir au moment de partir pour un rendez-vous.

Heureusement, cette quête s’est bien terminée. J’habite aujourd’hui dans une résidence à quelques mètres de la plage, avec piscine et gymnase. Mais vous l’aurez compris, sans visites touristiques prévues,, rien en sert d’arriver trop en avance.

En ce qui concerne les démarches d’immigration, elles me semblent plus compliquées que celles des États-Unis. Pour obtenir le visa, il est nécessaire de présenter «patte blanche » : bonne condition médicale, absence de casier judiciaire ainsi que ressources financières suffisantes. Pour le dernier élément, j’ai même dû obtenir la signature d’un notaire qui certifiait ma capacité à subvenir à mes besoins. Une fois sur place, les démarches ne sont pas terminées, il est nécessaire de s’enregistrer auprès de la police, puis auprès du registre civil. Si vous venez au Chili, préparez-vous à sacrifier l’une de vos journées (dans son intégralité) pour accomplir ces tâches.

Enfin, il faut également prendre son mal en patience pour le choix des cours. Ici, impossible d’avoir accès aux Syllabi en ligne. Il faut envoyer un mail à un représentant qui vous répondra quelques temps plus tard. Le temps entre votre question et la réponse peut être de plus d’un mois.

Vous l’aurez compris, comme la plupart des pays, le Chili ne rayonne pas pour sa simplicité administrative. Mais après tout, cela contribue à son charme de pays tranquille ou rien ne presse.

 

 

Ps : désolé, pas d ephotos en raison d’un internet trop lent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes