Échange ta poutine pour des croissants: Un échange à Grenoble

À toi qui part en échange… Je t’apprends que tu vas vivre une expérience incroyable, peu importe ce qui t’as poussé à partir. Durant mon séjour, j’ai réalisé que personne ne part pour les mêmes raisons: certains partent pour faire de nouvelles rencontres, pour voyager et d’autres pour gagner en indépendance… Toutefois, je ne connais […]

À toi qui part en échange…

Je t’apprends que tu vas vivre une expérience incroyable, peu importe ce qui t’as poussé à partir. Durant mon séjour, j’ai réalisé que personne ne part pour les mêmes raisons: certains partent pour faire de nouvelles rencontres, pour voyager et d’autres pour gagner en indépendance… Toutefois, je ne connais personne qui n’y a pas gagné quelque chose.

À toi qui ne s’est pas encore décidé, c’est correct d’hésiter et c’est normal. J’ai plusieurs amis qui sont restés à Montréal, que ce soit par manque de ressources ou simplement parce qu’ils ont d’autres priorités (comme la comptabilité). Par contre, je te demande d’y penser deux fois, parce qu’un échange représente une opportunité inouïe qui ne se présente pas à tous les jours.

Pour en venir à l’objectif de ma contribution à ce blog, je m’appelle Karolina, je suis présentement à Grenoble et il me reste à peine quelques semaines d’échange. Avant de partir et même sur place, j’ai eu de la difficulté à trouver des repères. Il faut dire que c’est pas comme l’Australie où la moitié du HEC va en échange. Ainsi, la quantité d’information, tant sur la ville que l’école, est assez limitée. De plus, il y a plusieurs points que tu ne peux apprendre qu’en étant sur place. C’est pour cela que je voulais débuter ce petit guide de la vie en échange à Grenoble pour les futurs mini-moi qui comptent passer quatre mois de leur vie dans cette merveilleuse ville enveloppée par les montagnes.

DSC_1497

Avant de partir à l’aventure…

Je ne vais pas m’attarder sur tous les détails de l’avant-départ puisque je pense que les conseillères d’HEC, la rencontre pré-départ et les fiches d’information font très bien le travail. Je vais tout de même noter certains points:

  • La France (et Grenoble ne fait surtout pas exception) est bureaucratique: les français aiment les copies format papier. Donc préparez-vous à non seulement devoir envoyer des copies format papier par la poste (parce que non, par e-mail c’est pas assez), mais aussi à ce que les délais, notamment pour recevoir votre lettre d’acceptation de Grenoble École de Management, soient longs. Et oui, ce n’est pas très pratique pour le Visa qui vous demande votre lettre d’acceptation, mais vous allez devoir attendre.
  • Le choix de cours pour l’école n’est pas aussi simple qu’au HEC (à mon avis). En octobre, vous allez recevoir une liste des cours qui vous seront offerts, à quelle session ils sont offerts (car votre semestre est divisé en deux sessions) et à quelle plage horaire ils sont offerts. Il y a cinq plages horaires et elles correspondent rarement à des jours et heures bien définis ce qui rend difficile de savoir ce à quoi votre horaire va ressembler. Envoyez un mail aux conseillères de GEM pour avoir une meilleure idée, mais prenez note que dépendemment des cours, certaines semaines sont plus chargées que d’autres (et oui, j’ai eu des semaines avec un seul cours alors qu’il y en avait où j’en avais quatre).plages
  • En parlant de cours, vous allez être en Master à Grenoble, plus précisément le programme Grande École.
  • Pour le billet d’avion, il y a deux façons de se rendre à Grenoble: en atterrissant à Paris ou en atterrissant à Lyon. Personnellement, je suis passée par Paris et c’était plus économique et pas beaucoup plus compliqué. En atterrisant à l’aéroport CDG Roissy, il vous suffit de soit prendre la navette (environ 17 euros) ou un taxi (environ 50 euros) jusqu’à la Gare de Lyon de Paris. De là, le TGV (voir le site de la SNCF) vous amène directement à la Gare de Grenoble en trois heures. Réservez votre billet de train en avance, car les prix augmentent rapidement.
  • Contactez les gens qui vont à la même destination que vous, c’est toujours plus facile pour passer à travers toutes les procédures.
  • Ayez des copies de vos documents sur votre ordinateur parce que l’on risque de vous les demander pour toutes sortes de démarches comme la carte étudiante (obligatoire pour rentrer et sortir de l’école parce qu’il y a des tourniquets à l’entrée) et l’ouverture d’un compte bancaire (aussi nécessaire si vous n’avez pas l’assurance de responsabilité civile obligatoire pour avoir la carte étudiante).
  • Soyez patients (ou essayez du moins)

DSC_0638

Logement

Une étape qui m’a bien stressée est celle de la recherche d’un logement. Prenez vous à l’avance, surtout si vous voulez rester en résidence.

Grenoble École de Management offre un bon guide pour les étudiants internationaux qui couvre certaines possibilités de logement, les résidences privées en particulier. Il n’y a pas de résidences propres à l’école, mais Les Estudines Europole se situent à une minute (vraiment, c’est le bâtiment d’à côté) et sont donc en majorité habitées par les étudiants de GEM. En plus des résidences privées, il y a les CROUS, des logements universitaires à petits prix. Attention, le prix est représentatif des conditions: j’ai entendu des histoires de trous dans le sol en guise de toilette dans des logements à petits prix. Alors, vérifiez dans ce que vous vous embarquez.

De mon côté, j’ai décidé d’aller en appartement avec une autre étudiante du HEC et j’ai fait le tour des sites d’annonces (leboncoin, appartager, airbnb…) et les groupes Facebook de colocation ( groupe 1 et groupe 2) . Les prix varient énormément selon le quartier (de 250 à 600 euros par mois) et l’état des lieux et, dans mon cas, j’étais prête à investir davantage pour être dans un bon quartier.

carte_quartiers_base_petite

Grenoble est une petite ville qui se marche facilement (ou même à vélo puisqu’il n’y a jamais de neige en ville). L’école se trouve à côté de la gare (Centre Gare) et donc tous les quartiers à proximité (Berriat Saint Bruno, Hyper-Centre, Championnet, Saint-Laurent..) sont idéaux pour se rendre à pied.

Toutefois, si j’ai appris quelque chose de mes interractions avec les habitants de Grenoble, c’est que ce n’est pas considérée comme la ville la plus sécuritaire (beaucoup moins que Montréal du moins). Ainsi, pour un étudiant étranger je vous conseillerais personnellement d’éviter les quartiers dans le sud de la ville (surtout Villeneuve selon une dame que j’ai rencontrée dans le train).

L’Hyper centre est le centre-ville et on y retrouve tous les magasins (dont les Galeries Lafayette), restaurants et bar branchés. C’est un quartier plein de vie qui est toujours animé et qui a été un de mes coups de coeur.

Saint-Laurent est le quartier près de la Bastille (monter la Bastille est un très bon entraînement en passant) et on y retrouve plusieurs restaurants italiens pour les amateurs de pizza et de pâtes.

 

Voilà qui couvre certaines informations de base sur ma magnifique ville d’échange. On se retrouve bientôt pour la suite!

DSC_1529

1 commentaire

  1. Merci pour ce beau partage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes