Échange à Barcelone: l’université

Cette article concerne l’université Pompeu Fabra à Barcelone. J’y note tout ce qui est bon à savoir concernant les cours, les professeurs, le campus, etc. Les images viennent directement de leur site web : http://www.upf.edu/campus/es. Bonne lecture! La structure des cours À la Pompeu, ce sont des trimestres. Étant donné qu’HEC offre des semestres, la différence […]

Cette article concerne l’université Pompeu Fabra à Barcelone. J’y note tout ce qui est bon à savoir concernant les cours, les professeurs, le campus, etc. Les images viennent directement de leur site web : http://www.upf.edu/campus/es.

Bonne lecture!

Une classe typique à la Pompeu Fabra

La structure des cours

À la Pompeu, ce sont des trimestres. Étant donné qu’HEC offre des semestres, la différence entre les structures est un détail important à considérer. Nous ne pouvions prendre que 12 crédits HEC (4 cours). Pour ma part, ça m’importait peu; j’ai suivi un cours à l’été 2012  avant de partir pour Barcelone. Le trimestre est relativement court : nous avons débutés officiellement les classes la première semaine d’octobre et planifions avoir notre dernier examen final le 14 décembre. Bien qu’il y ait une période de deux semaines pour les finaux, ce n’est pas le cas pour les intras (ceux-ci se font durant les heures de classes régulières).

Durant la semaine, il y a deux jours consacrés aux cours magistraux. Durant ces deux jours, l’étudiant assiste à une heure et demie de classe pour chacun de ses cours (6 heures de classe). Pour notre part, nous avons cours de 8h30 à 10h00, puis de 15h30 à 20h00, mais ça peut vraiment varier. Ensuite, le reste de la semaine, l’étudiant reçoit un cours pratique d’une heure et demie pour chacun de ses cours (donc un autre 4h30 réparti sur trois jours). Dans notre cas, nous avons cours le mercredi de 19h30 à 21h00, le jeudi de 9h00 à 12h00 puis de 18h00 à 19h30. Nous avons congé le vendredi. Contrairement à HEC, il obligatoire (la présence est même notée et la participation évaluée) d’assister aux cours pratiques alors que les cours magistraux sont facultatifs.

La cours intérieure du bâtiment Jaume I

Charge de travail

Les deux premières semaines, il n’y a pas de cours pratiques. Ça prend du temps réaliser ne plus être en vacances. Par la suite, par contre, le trimestre s’intensifie jusqu’à la fin (nous parlons donc d’une session intensive de la mi-octobre à la mi-décembre). Pour chaque cours, il y a un examen final, un projet final et des devoirs à chaque semaine à remettre. Nonobstant,   les profs sont conciliants et ces travaux peuvent se faire en équipe. Étant des étudiants en échange (vous comprendrez très vite la connotation de ce terme), nous nous divisons souvent le travail («une semaine moi, une semaine toi»).  Nous n’avons eu qu’un seul intra, quelques personnes en ont eu deux.

La cours intérieure du bâtiment Roger de Lluria.

Les professeurs et la renommée de l’école
(Cette sous-catégorie est très subjective étant donné que chaque programme et chaque cours est différent)

Les cours équivalents HEC (que nous pouvions prendre, étant des Trilingues et voulant étudier en comptabilité) font tous partie ici du programme international appelé IBE (International Business Economics). Nous étions donc majoritairement avec des étudiants locaux étudiant en anglais (la langue d’enseignement était peut-être un de seul point négatif de notre échange : nous voulions à tout prix étudier en espagnol, mais c’était impossible. Les rares cours que nous pouvions prendre se donnaient qu’en anglais ou en catalan). Par contre, nous avons adoré pouvoir étudier avec les étudiants catalans car s’était beaucoup plus facile de se faire des amis de la région (certaines écoles et certains programmes font des classes composées seulement d’étudiants en échange, c’est à considérer lorsque vous choisissez votre université!), nous avions l’occasion de voir d’autres étudiants en échange à l’extérieur de l’école, «en masse»!

Bref, étant donné que le programme était international, nous avons eu droit à une sélection d’excellents professeurs internationaux (un catalan, un français, un italien et un autre dont l’origine ne nous a pas encore été dévoilée). L’école a été classée cette année comme la meilleure en Espagne de par son organisation (nous y reviendrons), le campus (nous y reviendrons également) et la qualité de l’enseignement.

Bref aperçu de la bibliothèque

Les examens et autres évaluations

Les examens sont à choix multiples avec notation négative (-0,25 points pour une mauvaise réponse pour une question à quatre choix). Puisque les examens sont assez coriaces, les professeurs sont généreux avec les points qu’ils donnent pour la participation et les autres travaux.

Fait divers : Étant donné que la participation est notée lors des travaux pratiques, il n’est pas rare de voir un étudiant se porter volontaire pour aller résoudre un problème au tableau.

Campus

L’école est assez récente (années ’90). Le campus principal (le seul que nous voyons en affaires) est donc assez moderne, propre et technologique. Il y a deux immenses cours intérieures, des cafétérias, une magnifique bibliothèque (l’effet HEC se reproduit malheureusement ici, les étudiants de toutes les autres universités avoisinantes viennent squatter).

De plus, le campus est très bien situé (un point fort!) dans Barcelone : à deux minutes à pieds du grand parc de la Ciutadella, à dix minutes de la plage, à 20 minutes de la Rambla (artère touristique connue).

Fait divers : Dans le parc, il y a un zoo. Il est donc tout à fait normal d’entendre des lions mugir en allant à l’école le matin, ou des singes faire la fiesta en revenant.

La faculté d’économie se trouve dans le campus Ciutadella, à droite du grand parc sur la carte.

L’organisation 

En arrivant en Espagne, vous vous rendrez compte, si vous ne le savez pas déjà, de l’horaire particulier des espagnols. Ils dînent à 15h00, et ne soupent pas avant 21h00. Lorsqu’ils se donnent rendez-vous, arriver 10-15 minutes en retard, c’est être à l’heure. Comme nord-américaines (où être à l’heure c’est être en retard), ça nous a pris un certain temps s’ajuster. Dans nos activités de tous les jours, ça nous importe peu: on est en échange, personne n’est pressé! Mais lorsque ça concernait l’université et les cours, on s’est rongé les ongles par moment.

Nous avons eu notre horaire de cours très tard, et il était encore possible de changer complètement d’horaire après la première semaine de cours. Ça a pris beaucoup de temps à l’université pour nous confirmer si nous étions inscrits dans les cours pour lesquels nous avions postuler (à HEC, l’inscription se fait automatiquement en postulant). Jongler entre l’UPF et les demandes d’équivalences à HEC étaient donc très pénible! Heureusement, du côté du HEC, les agentes ont été patientes et à l’écoute, ce qui nous a bien rassuré.

Nous avons reçu la date officielle de début des classes…deux semaines avant celle-ci. De plus, si un cours débute sur papier à 9h00, il faut comprendre qu’il ne débutera que vers 9h10-15, pour laisser les gens arriver. Les professeurs ont aussi tendance à publier les travaux à faire pour la session suivante…quelques jours avant (à HEC, le plan de cours est normalement en ligne avant même le début des classes, c’est donc possible de s’avancer). Autre fait cocasse: je suis allée à la  »coop »  le second jour pour me procurer un livre qui m’était requis dans une classe. L’agente me dit qu’il n’y en a plus, que je peux commander si je le souhaite et que le livre arrivera dans 3 semaines. Pourtant, l’école a été classée comme étant l’une des meilleure en ce qui concerne l’organisation et l’administration! Après avoir entendu de pires histoires ailleurs, on se dit qu’on est bien choyé à la Pompeu.

Bref, il faut rester patient! Lorsqu’on y arrive, tout va pour le mieux. Le prochain article concernera la ville de Barcelone. À bientôt!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes