Échange à Barcelone: la ville

Ce second article vous donnera quelques informations sur la ville de Barcelone: la sécurité, la géographie, la température, les modes de transport, les logements, la nourriture, les boutiques, la culture, etc. Je discute surtout de ce qui est pratique; les attractions touristiques et autres activités seront mentionnées dans le dernier article. Bonne lecture! Sécurité Il […]

Ce second article vous donnera quelques informations sur la ville de Barcelone: la sécurité, la géographie, la température, les modes de transport, les logements, la nourriture, les boutiques, la culture, etc. Je discute surtout de ce qui est pratique; les attractions touristiques et autres activités seront mentionnées dans le dernier article. Bonne lecture!

Sécurité

Il faut faire beaucoup plus attention à Barcelone qu’à Montréal. En tout temps, mais surtout dans les zones touristiques, il faut être extrêmement vigilant avec son sac ou ses affaires (il y a beaucoup de pickpockets). La nuit, pour les filles, ce n’est pas prudent de se promener seule (si la situation se présente, il est préférable de rester sur les rues achalandées et éviter les ruelles vides).

Les blocs de bâtiments en  »octogones », photo: google

Géographie

Barcelone est une ville côtière. À l’Est s’étend la mer et à l’Ouest les montagnes. Au Sud, il y a le fameux MontJuïc. Il y a quelques grandes artères principales qui sont réellement immenses (un double trottoir, un voie réservée pour les bus et les taxis, deux à quatre voies pour les voitures, et ce, de chaque côté de la route).

Le centre, ou la vieille ville, est constituée plutôt d’une myriade de petites ruelles. La plupart des pâtés de logements sont en forme octogonale (voir photo), ce qui fait qu’il est assez facile de se situer. Pour se repérer, par contre, c’est une autre histoire. Lorsqu’ils le sont, les noms de rues sont inscrits sur les bâtiments.

Fait divers : Les plages de Barcelone ont été créées artificiellement en l’honneur des jeux olympiques de 1992.

Tramvia de Barcelone photo: google

Température

Nous sommes le 19 novembre et il faut 17 degré celsius à l’extérieur, sans un nuage dans le ciel. Ce n’est pourtant pas toujours le cas. Penser à amener un manteau d’automne. Les pluies de Barcelone sont torrentielles, donc également amener un parapluie et un imperméable.

Transport

Le transport public est très bien développé à Barcelone. Il y a un tramway, le métro, les autobus (horaires de jour et de nuit différents). Un billet, valable pour tous les transports public, coûte 2€. Il est possible d’acheter la passe 3 mois pour 150€. Étant donné que je prends que très rarement le métro, je préfère me prendre des passe 10 voyages (chacun d’entre eux revient à un peu moins que 1€). Dans le métro, il est préférable d’éviter les changements de ligne. Pour changer de ligne, on a presque l’impression de devoir marcher jusqu’à une station différente (5 à 10 minutes).

Ma chambre à la résidence

Logement

Le prix d’un appartement à partager à Barcelone varie beaucoup. Le prix le plus bas que j’ai entendu est 250€ et le plus haut est 700€ (j’estime que la moyenne est autour de 400€). Pour ma part, j’ai opté pour la résidence (500€), qui est assez dispendieuse, mais ô combien pratique.  C’est un choix très personnel, mais je vous explique quand même mes raisons pour que vous puissiez faire un choix éclairé. J’ai choisi la résidence, d’abord parce qu’elle se situe à 3 minutes à pieds de l’école, ce qui est TRÈS agréable le matin (je réduis également mes coûts de transport considérablement). Ensuite parce que c’est très sécuritaire (il y a un gardien à l’entrée en tout temps et les portes de chambres se barrent automatiquement). J’aime aussi le fait d’avoir ma propre chambre/cuisine/salle de bain, tout en côtoyant une centaine d’étudiants (locaux comme étrangers). Je peux donc jongler plus facilement entre mes moments personnels et mes moments plus sociaux. Finalement, j’étais contente d’éviter le stress de début de session pour se trouver un appartement dans un nouveau pays. J’ai entendu beaucoup d’histoires désagréables avec des colocataires, des propriétaires et des installations.

D’un autre côté, la vie en appartement peut être très agréable, du moment où l’on se trouve des bons colocataires et un bel endroit. Le prix est considérablement réduit, et il peut être plaisant d’avoir un salon, une télévision et un balcon. C’est aussi plus pratique pour recevoir des amis.

Sélection de Tapas

Nourriture

Bien entendu, à Barcelone, on peut avoir accès à toute la comida espagnole (Paëlla, churros, tortilla de patatas, gazpacho, etc.) mais il ne faut pas oublier qu’on est également en Catalogne (nous y reviendrons assurément) : il faut donc goûter à la cuisine catalane! Beaucoup de viandes, de poissons. D’octobre à décembre, c’est la période des champignons, un régal!

La nourriture au supermarché n’est pas chère. Il est facile d’avoir un bon kilo de saumon frais pour moins de 8€. Mon épicerie me coûte environ 100€ par mois et je ne me prive d’absolument rien (au contraire!)

Fait divers : À Barcelone, une bière à plus d’1 euro dans la rue  et à plus de 2,50 euros dans un bar est une arnaque.

Boutiques
Attention, cette sous-catégorie s’adresse plus particulièrement aux filles!

L’Espagne, c’est connu  pour les chaussures. Or, faire les boutiques à Barcelone ne se résume pas qu’à ça! Ce que j’ai réellement apprécié, c’est la diversité. Il y a des petites boutiques originales dans les vieux quartiers comme il y a de grandes chaînes de magasins sur les grandes artères, comme Passeig de Gracia (là-bas, on se croirait à Milan!) Je recommande fortement le Primark, chaîne anglaise réputée pour les bas prix!

 »Proclamons l’indépendance maintenant! » Carton distribué dans les rues le 11 septembre

Climat politique & Culture

Je pourrais pratiquement écrire une thèse de doctorat sur la culture catalane, vous comprendrez donc que je ne peux pas tout résumer en quelques lignes. Il faut donc être indulgent. Toutefois, je crois bien que les québécois (vivant dans une province sujet à la souveraineté) comprendront bien le sentiment que je veux transmettre.

Je pensais aller en Espagne, je suis arrivée en Catalogne. Je n’ai pas d’opinion politique quant à son indépendance, mais c’est ce que j’ai réalisé. Tous les locaux (catalans comme espagnols) ont LEUR opinion politique, quelle qu’elle soit. Bien sûr, il y a la langue (ne vous attendez pas à voir des panneaux de métro en espagnol), mais comme au Québec, il y a davantage. Depuis le début de mon échange, les choses brassent ici. Les élections sont dans moins d’une semaine. Le mouvement indépendantiste s’est radicalisé depuis environ un an. Le 11 septembre (fête nationale de la Catalogne), il y avait une foule monstre dans les rues, des gens de tous âges (dont un gamin d’un peu moins de deux qui scandait IN-DE-PEN-DÈN-

Manifestation pour l’indépendance le 11 septembre

CIA sans en comprendre la signification). Dans un contexte de crise économique mondiale, où l’Espagne est durement touchée, les catalans sont en colères.

Et avec raison. La majorité de mes collègues catalans craignent la recherche d’emploi (taux de chômage à 50% chez les jeunes) et considèrent s’établir ailleurs qu’en Espagne afin de trouver un bon emploi (la famille est une valeur hyper importante, c’est donc souvent à contrecœur que la recherche d’emploi à l’étranger s’entame).

Comme petit étudiant en échange donc, il faut faire preuve de beaucoup de tact. Ce n’est pas tout le monde qui veut discuter de ce sujet controversé qu’est la souveraineté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes