De Göteborg jusqu’aux limites de l’Europe

  La Suède en avril : un soleil resplendissant jour après jour, mais la température ne suit pas! Les Suédois ont beau dire que c’est une année exceptionnellement froide, comme ce l’est pour le reste de l’Europe d’ailleurs, j’ai tout de même hâte de laisser tomber le manteau et de sortir les shorts. À chaque jour […]

 

La Suède en avril : un soleil resplendissant jour après jour, mais la température ne suit pas! Les Suédois ont beau dire que c’est une année exceptionnellement froide, comme ce l’est pour le reste de l’Europe d’ailleurs, j’ai tout de même hâte de laisser tomber le manteau et de sortir les shorts. À chaque jour je scrute l’arbre qui s’allonge devant ma fenêtre dans l’espoir d’y voir apparaître un bourgeon : il se contente toujours de faire le nudiste. Aujourd’hui, des petites brindilles se sont montrées : enfin, l’été arrive ici aussi!

 

Si ma dernière publication remonte à il y a plus d’un mois, ce n’est pas par paresse mais par abondance d’occupations. Pour moi, le mois de mars fit l’instant d’un clin d’œil et je sens que le mois d’avril me donnera la même sensation. Malgré tout, ce furent des mois incroyables! Entre l’école et les voyages, je trouve enfin un peu de temps pour faire une mise à jour de mes expériences.

 

Dans les dernières publications, j’ai omis de parler d’une importante partie de mon échange : les voyages! Ma proximité avec tous les pays d’Europe s’ignore difficilement et jusqu’à présent, j’en ai bien profité. Entre le mois de février et le mois d’avril, j’ai eu la chance de retourner en Angleterre en visite familiale, j’ai grimpé la Suède jusqu’à son point le plus nordique en Laponie, j’ai visité une amie à Varsovie, en Pologne, j’ai fait le tour de l’Irlande et j’ai découvert l’Espagne.

 

Ma première sortie de Suède suite à mon arrivée était au début du mois de février quand je me suis rendu à Bristol, en Angleterre pour visiter l’oncle, la tante et les cousins qui y habitent et que je n’avais pas vus depuis 5 ans. Ce fut toute une aventure me rendre à Bristol. À la chasse d’aubaines, j’ai boudé la connexion directe entre la Scandinavie et Bristol et j’ai opté pour un trajet d’une vingtaine d’heures qui me ferait passer par Oslo, en Norvège; ensuite par Rygge, en Norvège, minuscule village où la ligne aérienne à rabais Ryanair a bâti son aéroport (j’ai bien appris à connaître ce village puisqu’à l’heure que j’y suis arrivé, il n’y avait plus de navette vers l’aéroport. J’ai donc dû marcher pendant une heure à travers le village et le long de l’autoroute à 3h du matin pour atteindre l’aéroport. C’était tout de même une belle marche!); ensuite, de Rygge je m’envolai pour Londres, mais en réalité c’était la banlieue étendue de Londres, à Stanstead; une heure d’autobus plus tard, j’arrive au centre de Londres où je me promène quelques heures pour enfin prendre un dernier autobus jusqu’à ma destination finale : Bristol. Ça faisait du bien d’être de retour en Angleterre!

Je suis revenu de Bristol avec un vol direct jusqu’à Copenhague, et quelques heures plus tard, je rejoignais quatre amis à la gare centrale de Gothenburg où nous entâmions un voyage en train d’une dizaine d’heures jusqu’à Uméa, dans le nord de la Suède. De là, nous avons loué une voiture et sommes partis à la chasse à l’aurore boréale pendant trois jours, traversant le nord de la Suède en entier. Nous n’avons jamais vu d’aurores boréales comme nous l’aurions souhaité, mais l’abondance de rennes (morts et vivants) a quelque peu compensé pour notre regret. Ce fut un voyage incroyable avec des vues des plus impressionnantes. Je le recommande à n’importe quel adepte de plein-air et d’évasion : Swedish Lapland. Le parc national Abisko fut le point fort du voyage, malgré la négligeable péripétie où j’ai tombé à travers la glace d’une rivière congelée sur laquelle je m’étais aventuré. Je remercie encore une fois, avec gêne, les secouristes qui m’ont aidé.

2013-02-16 08.15.28

Quelques jours après mon retour de Laponie, j’étais à nouveau reparti, pour une courte fin de semaine à Varsovie, en Pologne. C’est une ville assez grise qu’on ne caractériserait pas nécessairement par sa grande beauté, c’est toutefois une ville assez rafraîchissante par sa différence avec le reste de l’Europe. C’est peut-être simplement son caractère ‘Europe de l’est’ qui donne cette impression là. J’y ai mangé de délicieuses pirogues (genre de dumplings/raviolis généralement bourrés de pomme de terre, de fromage et de bacon) et j’y ai passé une belle soirée dans la vieille ville, où on suivait la population locale d’un bar à l’autre, goutant la vodka de chaque établissement en chemin. Varsovie a aussi vécu une histoire assez mouvementée dans le dernier siècle, de la seconde guerre mondiale à l’union soviétique; c’était intéressant d’en témoigner!

2013-02-22 13.26.35

Pour le mois de mars, je n’avais prévu aucun voyage. Je me suis plutôt concentré sur les études et ma vie à Gothenburg. Je me suis habitué à une routine de cours, de travaux et de sorties la fin de semaine, aux afterworks notamment (tradition du vendredi où l’achat d’une consommation dans un bar donne accès à un buffet complet). J’ai aussi commencé à enregistrer une émission sur la radio étudiante de l’université de Göteborg avec Georges, un autre étudiant canadien en échange en Suède. L’émission s’appelle Roadtrip et nous présentons de la musique canadienne et suédoise qui s’écoute bien dans n’importe quel voyage sur la route. Elle est diffusée à tous les samedis, en ondes ici à 15h, donc à 9h au Québec. Elle s’écoute toutefois aussi en différé. La page Facebook suivante vous donneras accès à tout ce dont vous avez de besoin pour nous écouter! : https://www.facebook.com/pages/K103-Road-Trip/596794990332383

 

 

J’ai dû vite abandonner cette routine de quelques semaines pour le mois d’avril, où j’ai à peine été en Suède, assez longtemps seulement pour compléter les exigences de mes cours ainsi que de participer à des travaux d’équipe. À la toute fin du mois de mars, je me suis envolé pour Dublin, en Irlande. J’ai été en Irlande pour 4 jours seulement, mais j’ai eu la chance d’explorer la capitale, Dublin, de me rendre jusqu’à Cork, dans le sud-ouest du pays et enfin de me rendre dans le comté Galway et Claire, où les colossales « Cliffs of Moher » freinent l’Atlantique. J’ai aussi eu la chance de faire le tour de la Guinness Storehouse, où j’ai beaucoup appris sur le monde de cette bière noire. À faire!

DSCN1130

 

À la mi-avril, je me suis envolé pour Barcelone, en Espagne. Enfin, j’avais trouvé l’endroit où le soleil et la chaleur allaient de pair! Dans les 9 jours que j’ai passé en Espagne, j’ai eu la chance de faire le tour de tout le nord-est du pays, de Barcelone, en Catalogne, je me suis rendu du côté du pays Basque, à Bilbao et à San Sebastian où j’ai retrouvé des amis de HEC Montréal en échange aussi. Madrid a suivi pour quelques jours et Valence pour clore le tout. Un voyage incroyable dans un pays magnifique. J’ai aussi eu la chance de mettre à l’épreuve ma connaissance de la langue espagnole, bien que dans les trois quarts des régions que j’ai visitées, la langue d’affichage était différente de l’espagnol! (Catalan, Basque et Valencien). Barcelone a été pour moi le point fort du voyage; que ce soit parce que c’était ma première rencontre avec l’Espagne, ou soit pour d’autres raisons, c’était une ville colorée, pleine de vie et de beauté.

DSCN1660

Et comme si ce n’était pas déjà assez, j’écris à l’instant à 3 heures de mon départ pour Budapest, en Hongrie! J’y serai pour 4 jours et je passerai les semaines suivantes à Gothenburg, bien calme! C’est après de tels voyages qu’on se rend compte à quel point on s’habitue à un pays où l’on a vécu pendant quelques temps : à chaque fois que j’atterris à l’aéroport de Gothenburg, je me sens arrivé chez moi. J’essaierai de réécrire dans un délai plus raisonnable pour la prochaine publication, restez donc à la lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes