Bienvenue @Hong Kong PolyU!

À 1000km/h, j’ai tourné une page de ma vie. Certains diront que le vol est long, mais 16h d’une journée me semble peu sacrifié pour vivre au rythme de l’Asie pendant 4 mois. Je m’appelle Jonathan Nicolas, et je suis maintenant Hongkongais. Après bien des démêlés, des revirements de situations, des hauts et des bas, […]

À 1000km/h, j’ai tourné une page de ma vie. Certains diront que le vol est long, mais 16h d’une journée me semble peu sacrifié pour vivre au rythme de l’Asie pendant 4 mois.

Je m’appelle Jonathan Nicolas, et je suis maintenant Hongkongais.

Après bien des démêlés, des revirements de situations, des hauts et des bas, et un peu de hasard, j’ai finalement abouti ici. À la Hong Kong Polytechnic University, plus communément appelée PolyU. Située à  quelques pas de Victoria Harbour, il ne faut qu’un instant pour sortir de son lit, marcher jusqu’à la rive et observer l’île de Hong Kong, avec sa myriade de tours imposantes et de lumières folles. De nuit, l’impression est quasi surréaliste. Et lorsqu’on y met les pieds, c’est à couper le souffle. Quant au campus, à 10 minutes à pieds des résidences, il impressionne par la grandeur de ses bâtisses et son design architectural. Moderne, chaleureux, dynamique, propre et commode, il est exemplaire.

About PolyU – Overview

Mais avant d’être ici, je ne savais rien de tout ça.

Il ne faut pas se leurrer en disant que j’avais bien réfléchi à mon choix d’échange. Certes, mes trois destinations demandées étaient à Hong Kong, mais l’ordre de priorités a été aussi savamment calculé qu’un coup de dés. Apparemment, j’ai touché le jackpot. De toute façon, personne n’aurait pu vraiment me recommander cette université, puisqu’avec Laurence Baudinet, nous sommes les premiers du HEC à y aller. Nous sommes les pionniers, ou plutôt les cobayes. Nous vérifions que les lits ne sont pas trop petits, que les cours sont décents, et que les règles des résidences peuvent être enfreintes sans trop de mal (i.e. pas d’alcool dans les chambres, et interdiction d’y accueillir quelqu’un de sexe opposé entre 0h00 et 7h00). Pour l’instant, je peux confirmer que tout va pour le mieux 😉

Toutefois, si je ne puis justifier pourquoi j’ai opté pour cette fac, je peux au moins défendre les motifs qui m’ont poussé à atterrir dans cette ville. Selon moi, Hong Kong semblait l’endroit idéal pour des raisons autant professionnelles que personnelles. D’abord, il est indéniable que la Chine occupe désormais une place prépondérante dans le monde des affaires, que ce soit en tant que producteurs ou que marché potentiel. Il me semblait fascinant de venir observer comment se brassent vraiment les choses dans ce pays lointain, dont nous entendons si souvent parler. De plus, en joignant l’utile à l’agréable, je pourrai plonger dans une culture complètement différente, et savourer l’Orient de tous mes sens.

Mais ceci n’est que théorie.

Durant mon séjour, je ne manquerai certainement pas de découvrir 1001 raisons qui font que cet endroit est extraordinaire, et mon expérience incroyable. Entre deux gueules de bois et des aventures épiques, je tenterai de trouver le temps de les partager avec vous.

Suivez-moi et je vous ferai découvrir Hong Kong, « the city that never sleeps »! 😉

hong-kong

1 commentaire

  1. Marie-Pier Verret

    Salut Jo,

    Je suis tellement jalouse de ton expérience. J’aimerais tellement aller au Japon. Profites-bien de tes 4 mois dans ce pays car me suis fait dire par une amie proche que c’est un gros coup de coeur au niveau de l’asie!!!
    Je vais essayer de te lire au fil des mois sur ton blogue.
    Bonne session.

    Marie-Pier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes