Back from the U.S.S.R.

♫ Back FROM the U.S.S.R. ♫ .par Marc-Antoine Baril, 20 février 2011, à 23:54. On est encore une fois dimanche, et encore une fois, une autre semaine vient de se terminer. Une semaine tout aussi remplie que les précédentes! Que ce soit par les travaux d’écoles, les petites fêtes, les parties de hockey ou encore […]

♫ Back FROM the U.S.S.R. ♫
.par Marc-Antoine Baril, 20 février 2011, à 23:54.
On est encore une fois dimanche, et encore une fois, une autre semaine vient de se terminer. Une semaine tout aussi remplie que les précédentes! Que ce soit par les travaux d’écoles, les petites fêtes, les parties de hockey ou encore les petites excursions, chaque journée trouve la façon d’être remplie.

L’origine du point culminant remonte à lundi soir dernier. Alors que nous célébrions l’anniversaire d’une étudiante française, quelques-uns ont commencé à parler d’un voyage en bateau à Riga, en Lettonie, qui s’étalait sur 2 jours et qui était vraiment abordable. À la fin de la soirée, nous décidons donc que nous partons avec eux et que nous allions réserver une cabine dans le bateau le lendemain. Donc, mardi, après notre cours d’économie, Louis et moi, allons sur le site web de la compagnie de croisière et tentons de déchiffrer cette traduction mi-anglaise/mi-suédoise pour finalement arriver au bon lien pour notre petite aventure. Et surtout, nous nous rendons compte que le mot abordable était en fait un euphémisme : la croisière coûte 140 :- ( :- signifie une couronne suédoise, la monnaie locale, je ne sais pas si j’avais utilisé le symbole jusqu’ici), ce qui correspond à environ 20$ canadiens. Ce qui veut dire qu’en nous divisant une cabine à 2, 3 ou 4, nous avons 2 nuitées et un transport aller-retour Stockholm-Riga pour moins de 10$ chacun! Nous ne savons pas trop à quel genre de croisière nous attendre, mais nous réservons tout de même. La même journée, j’ai suivi mon deuxième cours de suédois, que j’apprécie bien. On en est toujours à la base évidemment, mais le cours en soit me permet non seulement d’apprendre la langue, mais aussi de rencontrer des étudiants étrangers d’autres programmes que je n’ai pas la chance de croiser normalement. On a entre autres appris l’alphabet suédois, qui est principalement composé de notre alphabet normal avec quelques voyelles en plus (Å, Ä et Ö), avec lesquelles j’ai toujours un peu de difficultés.

Après un mercredi plutôt tranquille et un cours le jeudi matin, nous partons donc pour Stockholm où le ferry nous attend. Notre groupe est composé de deux Allemands, un Grec, un Autrichien, un Néerlandais, et de nous trois, qui nous présentons toujours comme provenant de la « French part of Canada ». Une fois à Stockholm, on prend l’autobus qui nous amène directement au port. On entre dans l’édifice de la compagnie, et dès le début, on a un problème. Tout le monde change un peu son nom en échange afin de faciliter la prononciation pour les autres étudiants. Dans le cas présent, Dimitri (je l’appelle Dimitri ici à des fins de simplification, car je ne connais toujours pas son vrai nom dans sa langue), le Grec, s’est fait totalement débaptiser par Arjan, le Néerlandais, lors de la réservation et s’est retrouvé avec un billet qui ne correspondait pas du tout avec son passeport. Après s’être marré un peu et avoir obtenu un nouveau billet, tout rentre dans l’ordre et on embarque sur le bateau. On est très impressionné, le bateau est très chic et est au-delà de mes attentes. Le bateau est sur 8 étages au total sur lesquelles on retrouve 3-4 restaurants à la carte ou buffets, une cafétéria, 3 bars, un magasin hors-taxes, un petit coin casinos et évidemment, quelques centaines de cabines. Tout était en place pour trouver de quoi se désennuyer pour la soirée quoi! Donc nous avons donc navigué sur la mer baltique en direction de Riga toute la nuit et nous devions arriver que le lendemain matin à 10h. La première chose qui est frappante sur le bateau est la proportion de Russes ou encore de Lettons sur le bateau. La différence physique est frappante, la plupart du temps, on peut savoir qui est de descendance russe et qui est Suédois. C’est une différence que je n’ai pas rencontrée en arrivant en Suède, à l’exception du fait qu’il y a beaucoup plus de blonds. Dans l’aller de Stockholm à Riga, le bateau n’était pas très peuplé et nous avons profité du fait qu’il y avait peu de compétition pour gagner 2 bouteilles de champagne à un quiz musical. Ensuite, il y a plusieurs activités : du black jack au plancher de danse, en passant par un spectacle de danse et par une courte excursion sur le pont du bateau où l’on pouvait apercevoir la glace sur la mer altique loin devant dans l’obscurité totale. En effet, la mer était totalement recouverte de glace, que le bateau cassait (et que nous entendions bien une fois dans notre lit) au fur et à mesure de sa progression.

Après une grosse soirée et une courte nuit, nous arrivons enfin à Riga, où on a 8 heures à passer. On en profite tout d’abord pour faire un tour de la ville à pied. J’ai été un peu surpris par le froid qu’il y a à Riga. Il fait plus froid qu’à Uppsala et il y a plus de neige également, même si c’est un peu plus au Sud. Une amie allemande de Marek qui étudie présentement à Riga vient nous rejoindre pour nous faire visiter les plus beaux coins de la ville. La ville a un peu plus de 700 000 habitants et est relativement âgée, ayant plus de 700 ans. La Lettonie quant à elle, est un état qui appartenait à l’Union Soviétique jusqu’à la chute du mur de Berlin et la chute de l’Union en 1991. On a fait une percée en terre soviétique quoi! On s’est approché de la terre natale de Sergei Koulikov de Lance et Compte! L’État est maintenant membre de l’Union européenne, mais en est le deuxième plus pauvre, tout juste devant la Lettonie. Un autre fait à noter est que la Lettonie utilise sa propre monnaie, le lats, qui a un taux fixe avec l’euro et qui vaut un peu plus que ce dernier. Reste que la ville elle-même renferme de très beaux monuments avec une architecture différente de celle que l’on retrouve en Europe occidentale. Ensuite on profite du coût de la vie avantageux en Lettonie pour se payer un bon repas dans un bar/pub qui se vantait d’être le plus vieux de la ville. Une excellente assiette de poulet curry et une bière Lettone pour la modique somme convertie de 8$ canadiens, pas trop mal. Ensuite, nous avons profité de ce même coût de la vie, mais d’une toute façon; nous nous étions fait conseiller de se faire des provisions d’alcool en raison du prix très élevé ici en Suède. Nous avons donc tous rempli notre sac de bouteille de Vodka qui nous revenait à environ 7$ le litre. C’est beaucoup moins que les 40$ que l’on est habitué de payer à Uppsala.

Le voyage de retour fut tout aussi intéressant que l’aller, ne gagnant toutefois qu’une seule bouteille de champagne cette fois-ci. Le bateau était plus bondé, mais reste qu’il est toutefois difficile de parler avec les Lettons et les Russes parce que quand ceux-ci parlaient anglais, c’était leur troisième langue et ils ne comprenaient pas beaucoup ce qu’on leur disait. Ensuite, nous sommes revenus nous reposer à Uppsala après 48 heures assez chargées. J’ai donc profité de ma fin de semaine pour finaliser des devoirs, dormir et jouer au hockey encore une fois.

J’ai entendu parler que le Québec était aux prises avec quelques problèmes avec Dame Nature, et que celle-ci ne vous épargnait pas en matière de tempête. Et bien, sachez qu’ici, en près de 40 jours, il n’aura neigé que 2-3 fois et que les journées sont de plus en plus longues. Le soleil se couchera un peu plus tard que 17h d’ici la fin de la semaine, ce qui est très encourageant. En terminant, bonne semaine tout le monde!

Marc-Antoine Baril

P.S. : Pour plus de détails de la vie sur un bateau de croisière, veuillez louer le film The Hangover…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes