Arrivée au Chili

Après plusieurs tentatives infructueuses, me voilà enfin capable d’écrire mon premier article. Mes douze premiers jours ne sont pas vraiment déroulés comme je l’avais imaginé. Je pensais pouvoir être capable de voyager et découvrir des endroits aussi légendaires que l’Ile de Pâques ou la Patagonie, mais il n’en fut rien. Cela ne veut pas dire […]

Après plusieurs tentatives infructueuses, me voilà enfin capable d’écrire mon premier article. Mes douze premiers jours ne sont pas vraiment déroulés comme je l’avais imaginé. Je pensais pouvoir être capable de voyager et découvrir des endroits aussi légendaires que l’Ile de Pâques ou la Patagonie, mais il n’en fut rien. Cela ne veut pas dire que je n’ai pas apprécié mes débuts sur le sol chilien bien au contraire. J’ai tout de même pu visiter les villes de Santiago, Viña del mar et Valparaiso

Santiago 

En ce qui concerne la ville en elle-même, rien d’extraordinaire. Elle n’est ni aussi belle, ni aussi grande, ni aussi vibrante que d’a

La Moneda (Palais Présidentiel)utres grandes villes comme New York, Paris ou Londres. Par contre, il m’a été possible de découvrir certains aspects de la culture chilienne :

Tout d’abord, il est clair que les chiliens sont très fiers de leur pays et veulent à tout prix le protéger. Par exemple, la douane chilienne n’a rien à envier à la douane américaine. Aucun produit jugé dangereux ou nuisible ne doit pénétrer sur le territoire. Malgré des douaniers souriants, ne pensez même pas les tromper : chaque bagage est inspecté par un chien puis par un scanner. Ainsi, le moindre fruit ou légume dissimulé est confisqué et détruit. Les drapeaux omniprésents dans la capitale, notamment un gigantesque (vraiment gigantesque) en face du palais présidentiel sont une autre preuve de cette fierté.

 

Chien errant

J’ai fait également la connaissance d’habitants bien célèbres de Santiago (et du Chili): les chiens errants. Ils sont présents par  milliers dans la ville car il n’existe aucune politique de stérilisation ou même de système de fourrière. Généralement inoffensifs,  certains ont même à cœur de protéger les groupes de touristes des pickpockets. Pendant mon tour, trois chiens nous suivirent et prenaient en chasse toute personne étrangère au groupe nous approchant de trop près.

 

 

 

Viña del mar/Valparaiso

Viña, ma ville d’accueil ne présent rien de vraiment typique. Ici, le choc culturel n’est pas vraiment important. Des immeubles modernes, des restaurants, un centre commercial et une plage dessinent cette ville, en somme il s’agit d’une banale station balnéaire. Mais cela n’est pas désagréable, bien au contraire.  Il est quand même très plaisant de pouvoir profiter du sable et de la chaleur. Cependant, en raison d’une eau à 16 degrés, il est compliqué de se baigner.

À quelques minutes de bus, se trouve Valparaiso, un monde totalement différent. En cinq kilomètres on passe d’une des villes les plus riches et plus sures du Chili, à une des plus pauvres du pays.  Malgré les difficultés  sociales de celle-ci, la découverte de Valparaiso est passionnante.  Avec ses cerros (collines), ses couleurs et grafitis, elle est une ville unique au monde. Il est difficile de vraiment décrire la ville, mais elle en vaut vraiment la peine.

Voilà un petit échantillon de mes douze premiers jours. Les cours ne commençant que dans une semaine, je ne peux pas encore en dire grand-chose.

À bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes