12 jours plus tard, à 12 heures plus loin

Il y a plus d’une semaine déjà, mon avion atterrissait en douceur après avoir traversé brutalement 12 fuseaux horaires. Comme si les chocs culturel, culinaire et climatique ne suffisaient pas déjà assez… J’ai posé pied par terre, plutôt à l’envers, pour m’envoler de plus belle à travers un tourbillon d’activités. Puis les rencontres, les découvertes, […]

Il y a plus d’une semaine déjà, mon avion atterrissait en douceur après avoir traversé brutalement 12 fuseaux horaires. Comme si les chocs culturel, culinaire et climatique ne suffisaient pas déjà assez… J’ai posé pied par terre, plutôt à l’envers, pour m’envoler de plus belle à travers un tourbillon d’activités. Puis les rencontres, les découvertes, les visites et les fêtes se sont succédé à une vitesse effrénée. Ainsi, vous devrez me pardonner, mais je ne pourrai tout raconter.

Je ne sais même plus par où commencer. Par les judicieux conseils sur les us locaux partagés par ma voisine de vol, par la rencontre de mon cochambreur australien, ou par ma première soirée? Commençons plutôt par ici.

Ici.

chambre

En direct du coin gauche, près de la fenêtre, il y a moi qui vous écris. Derrière, c’est Michael, l’Australien à l’accent qui me plonge dans mes souvenirs de voyage. Fan de box thaï et de George Saint-Pierre, on s’entend super bien. Et nous, on habite quelque part par là.

blog2.2

Mais pour réussir à arriver là, il m’a fallu l’aide de Lynn.

blog 2.3

Étudiante en design de mode, elle me marraine. Elle est venue me chercher à l’aéroport, et m’a fait visiter la ville durant les premiers jours. Ensuite, facebook a pris le dessus.

Attention! Ne soyez pas tout de suite déçu! Ne vous méprenez pas. Je ne suis pas resté scotché devant ce vortex infini. En fait, tous les étudiants en échange y sont inscrits dans un même groupe, sur lequel fusent continuellement des invitations pour aller découvrir un nouveau resto, un nouveau quartier, une nouvelle boîte de nuit ou un nouveau pays. Et la plupart du temps, le rendez-vous est trente minutes plus tard au rez-de-chaussée des résidences. Rassembler 40 inconnus en un clin d’œil pour aller dévaster un petit resto offrant la nourriture et la bière volonté pour 7$CAD, c’est ça la magie des réseaux sociaux 😉

C’est à ce rythme, pas trop planifié, qu’une semaine s’est écoulée sans même avoir eu le temps de la voir filer.

Je pourrais bien tenter de vous décrire toutes les merveilles sur lesquelles mes yeux sont tombés, mais puisqu’une image vaut mille mots, je vous laisse observer.

http://www.flickr.com/photos/jonathannicolas/

Bien des fois j’ai regretté de ne pas avoir mon appareil sous la main. Mais ne vous en faites pas, j’y retournerai et je ne manquerai pas de les afficher. D’ici là, pour vous faire patienter, voici quelques conseils si vous prévoyez passer à Hong Kong.

  • Non, il ne pleut pas. Déplacez-vous et levez la tête. Ce sont des dizaines de climatiseurs qui dégoûtent, à partir des fenêtres du gratte-ciel résidentiel à côté duquel vous marchez.
  • N’achetez pas de poêle ou de casserole, puisque les repas coûtent 3 ou 4$CAD. Sinon, faites comme moi et transformez-les en corbeilles à fruits.
  • Un petit-déjeuner qui ne ressemble pas à un dîner, il vaut mieux oublier.
  • Dès votre arrivée, procurez-vous une carte Octopus (semblable à une carte Opus montréalaise). Elle vous servira à payer votre transport en commun, votre snack dans une distributrice, votre repas à la cantine, votre parcomètre, vos courses à l’épicerie, vos emplettes  à la papeterie, et la bière au dépanneur.
  • Ne vous fiez pas aux apparences; les bars ne sont pas faits pour boire. Si vous avez soif, traversez la rue et achetez une bière à 0.75$CAD au dépanneur. Dans une foule festive aussi dense que celle du bar, vous pourrez la savourer dans la rue en toute impunité.

À bientôt!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Destinations

  • Sélectionner un mois

  • Étiquettes